ebooks
Devenir auteur  |   Connexion   |  Votre panier est vide
Auto/motoBeautéBusinessDéveloppement PersonnelEcologieFoyer & MaisonQuotidienRelationsSantéSport 

ACCUEIL / RELATIONS / Meurtre Sur Ordonnance, La Vérité par Stéphane Le Piniec

 
Meurtre sur ordonnance, la vérité
Auteur :
Sortie le :
Nb pages :
Thème :
Vues :
Prix :
24/10/2016 
64 
Relations / Amitié/re... 
163 fois
4.00 €
 
Acheter l'eBook (pdf)
4.00 €

Solutions apportées par l'eBook

En Mai 1998 je suis interné au CPN de LAXOU en HDT (Hospitalisation à la Demande d'un Tiers) car à bout de force, fatiguée de mal dormir et d'être au service d'une personne handicapées, exigeante, assumant un pavillon, le ménage, un jardin plus loin et un emploi à mi-temps, je ne dormais que 2 heures par nuit.

Nous somme Samedi, je suis passé par l’hôpital centrale qui m'a attribué la veille un infirmier H24 sur le dos, une fois stabilisé on m'a fait conduire dès le lendemain au CPN, pavillon HARDEVAL E au fin fond de l’Hôpital qui est située au flanc d'une colline. Le pavillon se situant toute en haut près de la forêt de haie, à côté des terrain de foot. J’intègre une chambre à deux lit dans la-quel je suis seul à mon arrivée, j'y serais vite rejoint par une personne qui à dormi plusieurs jours dans les rues et n'a pas quitté ces chaussures durant touts ce temps, l'infection dans le chambre dès qu'il s'allonge sans ces chaussures est totale. Je lis le charte du patient puis prends mes repères. Je sillonne les couloirs à la recherche d'un regard si parfois j'en trouverais un de familier mais n'en retrouve aucun, juste regards furtives presque sauvage dirigé vers le sol, ces personnes sont repliés sur eux mêmes sans aucun but ni objectifs ils passe tous leur temps à faire les cent pas dans toutes les directions en s'arrêtant parfois un instant, comme s'ils avaient vu quelque chose il fixe le vide les yeux absents.

Aperçus de l'eBook

Description détaillée

A tous ceux que le CPN de LAXOU a suicidé dans l’indifférence totale de la société et la douleur des familles que le CPN a appris à canaliser, à domestiqué, à devenir indifférente aux appels de leurs enfants, de leurs parents. Dans l'indolence local et total des gens meurent au CPN d'être oublier. Dans les nébuleuses des tranquillisants dans lesquels on les maintient en prétendant à leur parents que c'est eux qui se mettent dans cet état, qu'il n'ont pas la volonté de s'en sortir.

Il faut beaucoup de volonté et d'abnégation de soit même pour mettre consciencieusement fin à ces jours sans éveillé l'attention dans ce genre de structure. A moins qu'au CPN de LAXOU les soignants soient encore plus malades que leurs patients !

NOUS CONTACTER